CR J15 : CCRB - ROUEN : 82 - 77

La remontée fantastique


A 12 minutes de la fin, le CCRB pointait à 18 longueurs de Rouen. Incroyable mais vrai, les hommes de Nikola Antic ont effacé progressivement leur retard et ont fini par s’imposer.


REIMS. – CRB bat Rouen 82-77 (17-13, 14-26, 19-23, 32-15). Arbitres : MM. Hamzaoui, Dubois, Bourgeois. 2452 spectateurs.


CCRB : 29 paniers sur 63 tirs dont 8 sur 28 à trois points. 16 lancers francs sur 23. 14 fautes. 36 rebonds (Gordon 10). 18 passes décisives (Gordon 5). 13 balles perdues.


Richard 14, Young 21, Gordon 21, McConnell 3, Florimont 10 puis Bamba, Antic 2, Morandais 8, Lesca 3.


ROUEN : 32 paniers sur 65 tirs dont 7 sur 22 à trois points. 6 lancers francs sur 7. 19 fautes. 32 rebonds (Koffi 13). 11 passes décisives (Mbaye 4). 18 balles perdues.


Moreira 12, Lewis 16, Yabusele 3, Diabaté 5, Mipoka 13 puis Johnson 3, Crawford 11, Mbaye 2, Koffi 12.


 


Avouons-le ! A deux minutes de la fin du troisième quart, pas un supporter, même le plus optimiste, ne pensait que ses favoris avaient la moindre chance de finir l’année sur une bonne note. A ce moment-là, Crawford venait de profiter d’un ballon perdu par les Ccrbistes (le deuxième en quelques secondes) pour les punir en déposant la balle  dans le cercle. Le tableau d’affichage était cruel pour les fidèles de René-Tys qui voyaient leur équipe distancée de 18 points (41-59).


Que s’était-il passé après un bon départ (17-9, 6e) ? « On ne se l’explique pas », répond Rémi Lesca. « Sinon, on ne subirait pas ces trous d’air ». Mipoka d’abord puis le dernier arrivé rouennais Moreira donnèrent des idées à leurs petits camarades Crawford, Koffi et Lewis (17-21, 14e ; 31-39, 30e ; 33-47, 24e et 41-59, 28e).


LA REVOLTE DE GORDON


Que s’est-il alors passé? Un homme sonna la révolte. Drew Gordon, ce n’est pas une surprise, décida de prendre les choses en mains en inscrivant un premier panier dans la peinture, puis un deuxième derrière l’arc de cercle et en « claquant » une interception-dunk sur le buzzer. Tout n’était pas totalement relancé mais les signaux étaient enfin redevenus plus favorables (50-62, 30e).


Restait à traduire cette impression au score. « On avait travaillé un certain type de défense pendant deux-trois jours », explique Nikola Antic. « On l’a tentée, cela a réussi ». « On s’est arrêté de jouer sur leur zone », reconnaît Rémy Valin. 


 « La lumière s’est éteinte », regrettait l’intérieur rouennais Alain Koffi en conférence de presse. Plus d’image donc, pas beaucoup de son, non plus, dans le camp normand. En revanche, dans les rangs marnais, l’image était redevenue nette. Sentant le danger, Valin rappelait les siens pour un temps mort qu’il espérait salvateur après deux actions bonifiées du CCRB (2 + 1 de Lesca, primé de Richard). Mais, ce répit demandé par le coach du Spor n’eut pas les effets escomptés.


UNE ENORME CLAQUETTE-DUNK


Young, à 6,75 m, fit savoir que l’exploit était possible. Une claquette-dunk énorme de Gordon enfonça le clou en même temps qu’elle électrisa tout René-Tys. Et que dire du second bonus de Young (66-68, 35e) qui obligea Valin à prendre – implorer - son deuxième temps mort en trois minutes. La machine était lancée. Elle n’allait plus s’arrêter. Patrick Richard, sous les yeux de sa famille, y allait de son bonus qui offrait l’avantage à ses couleurs (69-68, 35’30). Young et Florimont ajoutaient quatre unités à une série cauchemardesque pour les Rouennais (15-0 entre la 34e et la 38e). Diabaté entretenait le suspense (73-73, 38e) avant que l’après-midi ne s’achève par une longue séance de lancers francs. Les Ccrbistes en transformèrent sept sur douze tentatives. Suffisant pour remporter cette importante victoire et passer les fêtes de fin d’année l’esprit moins encombré… de mauvaises pensées.



Drew Gordon sera le seul à ne pas observer la fameuse trêve des confiseurs. Sélectionné pour le All Star Game du mercredi 30 décembre, il s’est mis en tête de représenter dignement le CCRB lors de cette soirée de gala et de prouver que sa présence à l’Accorhôtels Arena n’était pas usurpée. Comme si sa performance de dimanche et son septième double-double (21 points 10 rebonds) agrémenté de 4 interceptions, 5 passes décisives pour 32 d’évaluation, ne se suffisaient pas à eux-mêmes !



Les chiffres du dernier quart


Le CCRB a remporté la dernière période 32-15. Cela lui a permis de renverser une situation plus que fortement compromise. Les stats expliquent en partie cet incroyable dénouement.


Pour le CCRB : 9 paniers sur 16 tirs (4 sur 8 à trois points) – 12 rebonds (5 offensifs) – 5 passes décisives – 1 balle perdue. Soit une évaluation de 41.


Les marqueurs : Richard 11, Young 9, Gordon 4, McConnell 1, Lesca 3, Florimont 4.


Pour Rouen : 6 paniers sur 17 tirs (1 sur 5 à trois points) – 8 rebonds (4 offensifs) – 2 passes décisives – 6 balles perdues. Soit une évaluation de 8.


Les marqueurs : Moreira 2, Lewis 4, Yabusele 2, Diabaté 3, Koffi 2, Mipoka 2.