Preview J14 : ELAN CHALON - CCRB

Mettre fin à la mauvaise série


Le CCRB, qui se rend à Chalon mardi, peut-il renouer avec la victoire ? Les Bourguignons semblent inaccessibles à l’heure actuelle.


S’il l’on en croit la colonne statistique vers laquelle Nikola Antic jette son premier regard à la fin d’un match – l’évaluation collective -, le CCRB semble ne pas avoir le droit de nourrir quelque ambition avant son départ pour Chalon-sur-Saône (8 victoires – 5 défaites). Lors de leurs quatre derniers matches (quatre défaites), les hommes de Nikola Antic (5 victoires – 8 défaites) ont rendu une feuille de route en constante diminution : 82, 74, 70, 67. On est loin des meilleures « notes » - et des victoires - obtenues à Gravelines et à Cholet (103 et 104) !


C’est pourtant une prestation du même tonneau qu’il faudra signer sur le parquet du Colisée chalonnais demain mardi. Comment alimenter cette fameuse évaluation collective et ainsi produire du jeu ? Les axes de réflexion, et de travail, ne manquent pas. Il faudra par exemple faire progresser le pourcentage de réussite, notamment au-delà de la ligne des 6,75 m. Dans cet exercice, les Champenois affichent un maigre 29,9 % (35,8 pour les Bourguignons). Il faudra encore offrir davantage de positions de tirs « confortables » à ses partenaires (13,5 passes décisives par match, 17,1 pour Chalon).


ENVIE, AGRESSIVITE


Il faudra bien évidemment ne pas « gâcher » autant que lors des dernières sorties (15, 15, 18 et… 23 pertes de balle). Cette donnée, les Chalonnais l’ont bien assimilée : ils sont les gestionnaires-modèle de l’élite (10,9 ballons gaspillés). La première mi-temps contre Nancy a montré que les Ccrbistes pouvaient hausser leur niveau de jeu. Sont-ils capables de le faire pendant quarante minutes ?


Autre élément que ne manqueront pas de mettre en avant Nikola Antic et son alter ego Jean-Denys Choulet… la défense. Pour le CCRB, il s’agira de contrarier le duo majeur local. L’ailier Hazell (15,6 pts) et l’intérieur Booker (13,6) bénéficient des caviars du meneur Roberson (12,1 pts et 6,2 passes) sont de vrais poisons pour les arrière-gardes de Pro A. Sans oublier la gâchette Evtimov qui shoote à 53 % derrière l’arc de cercle. Young et Gordon, servis par McConnell possèdent les arguments pour rivaliser avec leurs hôtes.


Le dernier paramètre à ne pas négliger est l’envie qui se traduit par une agressivité constructive. Cette indispensable détermination permettra-t-elle aux Ccrbistes d’interrompre leur mauvaise série de quatre revers ? Du côté de Coubertin et de René-Tys, tous les supporters le souhaitent et croisent les doigts.