CR J13 : CCRB - SLUC NANCY : 71 - 77

Les cinq dernières minutes


Pendant trente minutes, le CCRB a semblé en mesure de signer un sixième succès. Et puis… plus rien. Bilan : une quatrième défaite de suite et un avenir qui s’assombrit.


CHALONS-EN-CHAMPAGNE. – Nancy bat CCRB 77-71 (20-22, 18-25, 18-16, 21-8). Arbitres : MM. Mortz, Lubienski, Achéen.


CCRB : 26 paniers sur 56 tirs dont 10 sur 23 à trois points. 9 lancers francs sur 12. 12 fautes. 23 rebonds (Young 5). 14 passes décisives (Lesca 5). 23 balles perdues.


Richard 19, Young 12, Gordon 9, McConnell 9, Florimont 10 puis Morandais 10, Lesca 2.


NANCY : 33 paniers sur 61 tirs dont 7 sur 19 à trois points. 4 lancers francs sur 4. 14 fautes. 28 rebonds (Falker 14). 20 passes décisives (Kitchen 9). 20 balles perdues.


Falker 8, Sene 13, Panko 16, Kitchen 9, M. Pietrus 3 puis Sy 2, Moss 8, Bell 18.


 


La situation n’est pas désespérée. Elle n’est pas reluisante non plus. Les Ccrbistes viennent, en effet, d’enregistrer leur quatrième défaite d’affilée. Un affront qu’ils n’avaient connu qu’une fois depuis la création de l’union marnaise, lors de leur première saison, entre la 24e et la 27e journée.


Les signaux laissés lors du revers concédé contre Nancy ne sont pas rassurants. Car, si  les hommes de Nikola Antic ont posé leur empreinte sur la première partie de cette rencontre, ils ont ensuite bégayé, cafouillé face à l’agressivité retrouvée des Lorrains : 19-13 (7e), 25-22 (12e), 31-24 sur un panier de Drew Gordon, 45-34 grâce au seul autre intérieur de métier, Gary Florimont et 47-38 à mi-parcours.


SIGNAUX INQUIETANTS


Face aux Nancéiens, Nikola Antic n’a pas fait appel (pour la deuxième fois consécutive) à Miroslav Todic avec qui le divorce semble prononcé. C’est à sept joueurs seulement que le CCRB a tenté d’accrocher un sixième succès. La fatigue, l’usure ont fini par sonner le glas des espérances marnaises. Pourtant, à la fin du troisième quart, Patrick Richard et ses partenaires avaient toujours leur destin en main (63-56).


Mais, les Cougars étaient à l’affût. Bell, déjà très en vue en Eurocup face à Ulm, Panko, Kitchen et Sene étouffaient les attaques du CCRB lors de l’ultime quart. Durant ces dix minutes, les Champenois allaient devoir se contenter de 8 points (4 dans les dernières secondes) pendant que leurs rivaux en inscrivaient 21 ! La bascule se faisait à la 35e (66-68). Les dernières minutes confirmaient la reddition des locaux, repoussés à neuf longueurs (66-75, 37e) puis à dix (67-77) avant  qu’ils ne parviennent à sauver les apparences dans les toutes dernières secondes.


On parlait de signaux inquiétants quelques lignes plus haut. L’agressivité suspecte (12 fautes commises, 12 lancers francs obtenus), la gestion des possessions (23 ballons perdus !) sont des explications, des maux auxquels il va falloir rapidement trouver des remèdes.


SEMAINE DETERMINANTE


Vendredi soir, le staff ccrbiste s’est rendu compte de l’ampleur du chantier. Les meneurs ont été dominés par le duo adverse. McConnell et Lesca (11 pts cumulés, 9 passes mais 8 balles perdues) ont souffert le martyr face à Kitchen et Sene (22 pts, 16 passses, 4 balles perdues). A l’intérieur, Gordon – de plus en plus, de mieux en mieux ciblé - et Florimont avec l’aide de Morandais (Todic et Bamba n’ont pas été sollicités) se sont usés face au roc Falker (14 rebonds dont 8 offensifs) et ses partenaires Moss et Panko.


Seul petit rayon de soleil, la belle prestation, enfin, de Patrick Richard (19 points avec un remarquable 6 / 8 derrière l’arc de cercle), 3 interceptions, 2 passes  pour une évaluation de 16 en 36 minutes. Assurément sa prestation la plus aboutie… mais une fin de match à l’image de ses partenaires.


La semaine à venir sera déterminante… et périlleuse avec un déplacement à Chalon mardi soir et la réception de Rouen (revenu à une victoire du CCRB depuis hier) dimanche.