Preview J12 : JDA DIJON - CCRB

Le CCRB s’attend à une soirée difficile


Le parquet dijonnais n’a jamais réussi aux hommes de Nikola Antic. Pour inverser cette tendance, ils devront réaliser un match quasi-parfait.


La pilule nanterrienne (70-72) est toujours coincée dans la gorge de Nikola Antic. Le technicien du CCRB  regrette que son équipe n’ait pas réussi à prendre sa chance convenablement lors des dernières secondes de son match. « Pourtant, la situation était favorable », lâche-t-il avant de fermer la page francilienne et d’ouvrir le chapitre dijonnais.


Demain samedi (20 heures), « ce sera très difficile », prévient le technicien marnais. « Chez eux, les Dijonnais font preuve de beaucoup d’agressivité ». Le passage de témoin entre Jean-Louis Borg et Laurent Legname n’a pas bouleversé le profil très défensif des Bourguignons. Normal, le second a évolué sous la direction du premier à Hyères-Toulon (95 à 2005) et a adopté les mêmes principes. Avec les mêmes conséquences ? Pour l’instant oui puisque la JDA est toujours invaincue chez elle après onze journées. Orléans, Le Havre, Nanterre et Cholet se sont cassé le nez sur le parquet du palais des sports Jean-Michel Geoffroy.


BESOIN DE TOUT LE MONDE


Ce qui semble évident, c’est qu’il ne faudra pas gâcher face à une formation qui encaisse moins de 70 points en moyenne (64 à domicile, 43 contre Cholet !). Il ne faudra pas non plus laisser les Dijonnais s’appuyer sur leurs forces offensives, que ce soit l’ailier US CJ Williams (13,5 pts à 45 % - 37 % à trois points), l’intérieur Cain (12,3 pts à 63 %) ou le meneur Holston (7,7 pts – 4,3 passes). « L’objectif sera de casser leur rythme et leur timing, couper les lignes de passes », dévoile Nikola Antic.


La soirée sera donc compliquée pour les Ccrbistes qui auraient pourtant bien besoin de renouer avec la victoire après deux défaites à Monaco et contre Nanterre. « Il nous faudra montrer beaucoup plus de qualité », affirme avec force Nikola Antic. Collectivement des deux côtés du terrain mais aussi individuellement, l’union marnaise aura besoin de tous ses atouts. L’équipe ne peut pas s’en sortir avec des renforts étrangers en dessous de 10 d’évaluation (Richard 5,9 ; Todic 8,6).


Antic a coutume de dire qu’il faut au moins trois non JFL et deux JFL  à leur meilleur niveau pour espérer s’emparer de la feuille de match. Drew Gordon, Alex Young et Mickey McConnell assument leurs responsabilités. Michel Morandais de manière plus irrégulière. Le capitaine ccrbiste devra donc faire parler son adresse périphérique pour que les Marnais puissent envisager un premier succès en terre dijonnaise (67-70 en 2010/2011, Pro B ; 57-78 la saison dernière en Pro A).