PREVIEW ST VALLIER - CCRB

S’imposer pour espérer


Pour continuer à croire à la première place, le CCRB doit gagner ses six derniers matches, à commencer par celui de samedi à Saint-Vallier, et attendre un faux pas de Boulogne.


« Il faut survivre match après match ». La formule de Nikola Antic a de quoi surprendre. Survivre ? « Oui, si on veut continuer à prétendre à la première place, il faut gagner le match à venir ». Voilà pourquoi la rencontre de samedi soir à Saint-Vallier est la plus importante de la saison pour le coach du CCRB. Si on décrypte un peu plus sa présentation des choses, on peut traduire la déclaration du technicien marnais par un « si on perd dans la Drôme, c’en sera fini de nos espoirs d’accession directe ».


Le décor est planté. Le CCRB doit donc s’imposer dans la vétuste salle de Saint-Vallier là où les locaux abattront l’une de leurs dernières cartes, si ce n’est l’ultime, pour leur maintien. Les hommes de Jean-Sébastien Chardon, le successeur de Laurent Pluvy, occupent en effet, une bien inconfortable dernière place avec une victoire de retard sur Lille et Orchies (mais avec le panier average).


RENCONTRE A HAUTS RISQUES


Si ce match ne mérite pas le qualificatif de piège, c’est à ne plus rien y comprendre. « C’est le match de tous les dangers », nuance Nikola Antic. Et les rencontres à hauts risques, le CCRB connaît. Il y a même laissé des plumes en s’inclinant à la maison face à des formations qui fréquentaient les bas-fonds de la division avant de venir dans la Marne. « Ça nous est arrivé deux fois (Rouen, Orchies) », regrette-t-il encore.


Les optimistes balaieront les craintes du coach ccrbiste d’un revers de main. Le souvenir du premier rendez-vous est encore dans les mémoires. Le 25 octobre, l’union marnaise avait corrigé son adversaire. Le 88-52 reflète même assez mal sa domination : 50-16 à mi-parcours et 69-26 à dix minutes du terme. Depuis, le roster drômois a subi quelques réajustements. On l’a dit, la direction du groupe a été confiée à Jean-Sébastien Chardon (2 v – 3 d) et deux Américains (Newson, Zamroz) ont été remerciés et remplacés par Forte et Smith qui ont redonné des couleurs au trio US de Saint-Vallier emmené par le toujours impressionnant Gamble (16,5 pts -8,8 rebonds).


« DES FLAMMES DANS LES YEUX »


 Toutes ces données n’ont pas échappé au staff ccrbiste qui a tout fait pour gommer les méfaits de la défaite subie contre Bourg (77-79). « On a animé des entraînements ludiques, on a varié nos séances et on a accordé un peu de repos aux joueurs », souligne Antic. L’entraîneur marnais a également ménagé Ron Slay (épaule touchée lors de la dernière journée). Cela suffira-t-il pour redonner la gnaque à son groupe ? « On en a manqué à  un moment contre Bourg. Eux avaient des flammes dans les yeux ».


Les dix dernières minutes du CCRB face à Bourg ont redonné des motifs d’espoir à tout le groupe. «  Si on développe le même état d’esprit lors des six derniers matches… ». La suite découle d’elle-même : « La confiance sera là. L’adresse aussi ».


Mais, il faudra compter sur des éléments extérieurs pour décrocher le pompom. La première place ne sera possible que si Boulogne abandonne une victoire sur le chemin qui mène à l’élite. Pourquoi pas ce vendredi à Calais contre l’ennemi intime, Le Portel ?