PREVIEW CCRB-LILLE 2

Attention au piège !


Face à la lanterne rouge lilloise, le CCRB n’a pas le droit à l’erreur sur le parquet rémois de René-Tys.


Quand une même équipe – le CCRB en l’occurrence – vous a  battus sur votre parquet (75-91) puis sur le sien (89-73), comment abordez-vous le troisième de vos quatre rendez-vous de la saison avec votre « bête noire » ? « C’est sûr, ils vont essayer quelque chose pour nous surprendre », prévient Nikola Antic.  Mais, cela ne fait pas peur au coach marnais. « Nous n’avons pas le droit de les sous-estimer et il est interdit que nous ayons une mauvaise surprise ».


L’adversaire de vendredi soir entre tout à fait dans les cordes de la troupe châlonno-rémoise. Lille est éclairé par  la peu glorieuse lanterne rouge et n’a réussi à s’imposer sur la route qu’à deux reprises (à Souffel). Oui mais voilà, depuis la venue de Rouen (alors 18e) en novembre dernier, le technicien du cru se méfie des matches soi-disant faciles. Ces matches gagnés avant de les avoir joués, il a donné…


« Notre objectif, c’est de confirmer les deux succès que nous venons de remporter hors de nos bases », précise-t-il. Vainqueurs de Poitiers à domicile puis de deux formations nordistes (Denain et Orchies), Kévin Joss-Rauze et ses partenaires veulent capitaliser. C’est que le moment est crucial. Les places sont chères en haut du tableau. Raison de plus pour agrémenter la belle série d’une victoire supplémentaire. « Surtout qu’ensuite, on devra se déplacer à Souffel puis à Bourg (match en retard) ».


DE SOLIDES ARGUMENTS


Psychologiquement, c’est Nikola Antic qui l’affirme, « le moment est important ». Tellement important que le CCRB n’a pas le droit à l’erreur sur le parquet de René-Tys. Il faudra donc que le club du président Michel Gobillot impose son jeu, ses points forts et déjoue tous les pièges que n’aura pas manqué d’imaginer le coach adverse, Cédric Binauld.


Les pièges ? De la défense de zone certainement, une arme qui pourrait se retourner contre les Lillois tant le CCRB possède fines gâchettes. Et puis… Et puis, il faudra se méfier des artilleurs, Benoît Gillet, Aurélien Rigaux (des anciens du RCB) et Ivan Almeida. « En fait, il faudra les empêcher de prendre confiance, de leur offrir des positions de tirs confortables ».


Croire que cela suffira à venir à bout des Lillois serait une grave erreur. S’ils occupent la dernière place, les Nordistes possèdent de solides arguments comme le rebond (5e équipe de Pro B, 36,15) grâce à leur  trio Almeida – Fields – Bradford ou encore comme l’interception et les passes décisives, domaines que le LMBC domine  dans la division (1er avec  9,3 interceptions et 17,7 passes par match dont 5,5 pour Emilien Barbry).


Mais avec son groupe au complet, le CCRB doit «  gagner avec ses qualités ». Parole de coach Antic.