EVREUX L'EMPORTE FACE AU CCRB 98-93

Mardis noirs pour le CCRB


Programmés en début de semaine, les deux derniers matches à domicile n’ont pas souri aux Marnais. Après Rouen, c’est Evreux qui a fait trébucher Kévin Joss-Rauze et ses partenaires à l’issue d’une soirée gâchée par les coups de sifflet (67 fautes distribuées).


CHALONS-EN-CHAMPAGNE. – Evreux bat CCRB 98-93 (34-23, 14-27, 20-15, 30-28). Arbitres : MM. Boirivant et Deman. 1 800 spectateurs.


CCRB : 30 paniers sur 64 tirs dont 13 sur 32 à trois points.  20 lancers francs sur 27.  37 fautes.  Eliminés : Beye (22e), Morandais (38e), Slay (39e), Giffa (40e). 32 rebonds (Slay 8). 16 passes décisives (Pasalic 7). 13 balles perdues.


Pasalic 14, Morandais 14, Slay 24, Joss-Rauze  8, Turek 14 puis Tortosa, Bouedo 8, Giffa 6, Mels 2, Beye 3.


EVREUX : 29 paniers sur 55 tirs dont 5 sur 13 à trois points.  35 lancers francs sur 46. 30 fautes.  Eliminés : Ashaolu (37e), Traoré (40e). 36 rebonds (Ashaolu 10). 9 passes décisives (Givens 3).14  balles perdues.


Walker 21, Konaté 22, Givens 15, Costentin 2, Diarra 6 puis Pamba 2, Drouault, Ashaolou 14, Traoré 16, Pinda.    


Décidément, on ne reconnaît plus le CCRB. Meilleure défense lors des deux derniers exercices, la formation de Nikola Antic encaisse de plus en plus de points : 92 à Maurienne, 96 contre Rouen et 98 mardi face à Evreux ! Cela devient très délicat de marquer davantage de points que l’adversaire. A Aix-les-Bains, cela est passé. Pas contre Rouen ni contre Evreux, lors de deux mardis noirs.


Le problème n’a pas échappé au coach marnais. Mais, il n’a pas trouvé la solution. Tout juste a-t-il posé un constat : « On subit trop, on est incapable de mettre notre adversaire en difficulté ».


Le calendrier qui attend ses hommes n’est pas fait non plus pour le rassurer. Samedi, c’est un déplacement à risques qui se profile sur le parquet d’Orchies qui voudra se racheter de deux grosses défaites. Puis mardi, un match en retard périlleux leur est promis à Boulazac. Cette période « chaude » s’achèvera par la réception du voisin, toujours survolté quand il vient dans la Marne, SQBB.


ADRESSE INSOLENTE


Après dix minutes, on se dit que la mauvaise soirée rémoise (contre Rouen) trouve son prolongement châlonnais (contre Evreux). Le CCRB boucle le premier quart avec un déficit de 11 points (23-34). L’insolente adresse des Normands (71 %) explique en partie cet écart. L’autre explication est la domination ébroïcienne au rebond (12 à 4) qui offre aux gâchettes de La Madeleine à la fois deuxièmes chances et confiance. Encore heureux, dans cette période tourmentée que Ron Slay ait signé un 3/3 derrière l’arc !


UN DUO POINTILLEUX


Pendant deux minutes encore, les Ccrbistes restent à distance respectable de leurs hôtes. Et puis, alors que l’on pensait la balle perdue sur une fin de possession, Arthur Bouedo décoche une flèche aussi improbable que désespérée. Et au lieu d’un 27-37 et possession Evreux, on se retrouvait à 30-37 et la dynamique dans le camp marnais. A partir de ce moment-là, plus rien (ou presque) n’entrave le retour marnais. Pas même les fautes, « généreusement » accordées par un duo en gris très pointilleux. A la pause, le tableau des fautes avait allumé 30 ampoules avec des « chefs de file » nommés Giffa, Beye et Turek – rien que des intérieurs- à trois fautes chacun. Slay, déjà en vue lors du premier quart, continue d’alimenter son compteur. Avec l’aide d’un Morandais incisif, il ramène son équipe sur les talons d’Evreux : 34-39, 39-44 puis 43-45. C’est Morandais qui offre le premier avantage aux siens à 1’15 du repos (49-48). Le CCRB  vire en tête (50-48).


EVREUX TEND LE DOS


La tension devient de plus en plus palpable à mesure que les fautes tombent ! Dès la 22e, Beye est prié de quitter définitivement l’aire de jeu. La menace d’une élimination plane également sur les Ebroïciens Traoré (4e faute à la 24e), Costentin (25e) et Diarra (28e). Cela ne les empêche pas de reprendre les commandes (55-61, 25e) puis de tendre le dos quand les Ccrbistes effacent leur retard grâce à Morandais, très incisif en drive, et Giffa (65-61, 28e). Dans les deux dernières minutes, les Normands signent un 7-0 qui les place en position idéale à l’approche du dernier quart (65-68).


VICTIMES COLLATERALES


L’ultime période est indécise. La victoire hésite entre le CCRB (70-68, 32e), Evreux (70-75, 34e) et à nouveau le CCRB (81-79, 36e). Konaté est l’homme du dernier quart. Son bras ne tremble pas, ni derrière la ligne des 6,75 m (81-87), si aux lancers francs (83-91 puis 93-97). Les efforts, trop tardifs de Pasalic (14 points au total, tous lors des dix dernières minutes), sont vains. Encore une fois, les Ccrbistes ont connu un trou rédhibitoire (0-8 de 81-81 à 81-89) au mauvais moment (38e). Leur opération « remontée impossible » n’a pas été « facilitée » par les éliminations successives de Morandais (38e), Slay (39e) et Giffa, victimes collatérales de coups de sifflets hachant et gâchant la soirée-spectacle châlonnaise (93-96 puis 93-98).