Le hasard n'a pas sa place au CCRB

L’union marnaise progresse régulièrement. Dans tous les domaines. Brice Latruffe règne sur la préparation physique des ouailles de Nikola Antic.


 


Avoir de l’ambition, c’est bien. Se donner les moyens, tous les moyens, de cette ambition, c’est indispensable. Le CCRB est dans cette logique depuis sa naissance. Chaque année, les dirigeants consolident un peu plus  leur édifice. Aucun détail n’est négligé. Mais, peut-on parler de détail quand on évoque la préparation physique ? Evidemment non.


Depuis le début de l’aventure ccrbiste, Brice Latruffe gère ce secteur. « On a vu le résultat », se réjouit Pape Beye, l’un des trois anciens du groupe. « Il n’y a pratiquement pas eu de blessure durant la saison ». « C’est top avec Brice », ajoute Kévin Joss-Rauze, autre « vétéran » de l’équipe. Tellement top que les joueurs n’hésitent pas à échanger avec leur préparateur. « Dans l’équipe, il y avait, il y aura  des thermomètres », poursuit KJR. Et quand ces thermomètres chauffent trop, ils n’hésitent pas à alerter Brice.


 « Le plus loin, le plus haut possible »


Quel est le secret de ce jeune homme de 33 ans, qui a fréquenté la Prénationale franc-comtoise (Besançon et Gray), diplômé du CEP Dijon (centre d’expertise de la performance), titulaire du diplôme fédéral de préparation physique, détenteur d’un Master d’entraînement sportif  ? « On va travailler progressivement les deux premières semaines », avoue-t-il. La prudence est de mise d’autant que cette saison, la période de préparation a été raccourcie à un mois. « Aller crescendo est indispensable si l’on veut éviter les périostites et les tendinites de la troisième semaine ».


Les Ccrbistes ont donc démarré lentement une saison qu’ils veulent terminer  en trombe. « C’est important si l’on veut aller le plus loin et le plus haut possible », affirme Rodrigue Mels, le dernier de la bande des trois rescapés. Cette montée en régime ne dérange absolument pas Sacha Giffa qui reconnaît être « un diesel ». Arthur Bouedo n’est pas dépaysé non plus. « J’ai connu toutes sortes de reprises », affirme celui qui assumera la responsabilité de mener le jeu du CCRB avec Kévin Joss-Rauze durant l’absence de Muhamed Pasalic (en sélection avec la Bosnie).


Chaudes semaines


Pour Florent Tortosa, autre « petit nouveau », la présence d’un omniprésent  préparateur physique est plus surprenante. « C’est la première fois  que je vis une telle expérience. Cela prouve qu’il y a de solides structures dans le club ».


Tout est donc beau dans le monde des prétendants marnais à la Pro A! Pourtant, les hommes de Nikola Antic doivent s’attendre à souffrir dans les jours qui viennent. « On va augmenter le volume de travail », prévient Brice Latruffe. Les troisième et quatrième semaines seront chaudes. Elles permettront aux Ccrbistes de « préparer leur corps à l’effort puis de finir la reconstruction de leur aérobie par le biais des matches amicaux ».


Avoir de l’ambition, c’est bien. Se donner les moyens de l’assouvir, c’est l’affaire, entre autre, de Brice Latruffe.