INTERVIEW DE PIERRIC POUPET

C'est une des nouvelles têtes de la troisième saison du Champagne Châlons Reims Basket. Pierric Poupet, 28 ans, arrive dans la Marne avec déjà une belle carrière derrière lui. Passé par la Pro A avec la Chorale de Roanne (2007-2009) ou encore avec Orléans, Bourg ou Limoges, Pierric connaît les exigences du haut niveau et apportera toute son expérience et son savoir faire sur les postes extérieurs. Plutôt utilisé en sortie de banc en Pro A, le nouveau CCRBiste a plus que fait ses preuves en Pro B où il s'est imposé comme l'un des Français majeurs de la division. L'année dernière, le natif de Mont-Saint-Aignan (76) tournait à 10.9 points par match agrémenté de 4.4 passes en moyenne.

Pierric, comment ça va ?

Pierric Poupet : « Je suis content et bien installé avec ma famille. On est arrivé le 1er Août en Champagne. Petit à petit, on se familiarise avec les deux villes. C'est la première vois que je venais ici hormis les fois où je suis venu jouer. »

Qu'as tu fait de tes vacances ?

PP : « Je suis resté sur Rouen où on a fait le baptême de mon fils. J'ai fêté également l'anniversaire de ma femme. J'ai pris quelques jours de vacances à New York et puis j'ai suivi le programme de Brice, le préparateur physique, que l'on m'avait fourni. »

Comment ton arrivée au CCRB a pu se réaliser ?

PP : « Les contacts remontent depuis un petit moment déjà avec le coach. Le discours me plaisait et j'ai vu que les ambitions étaient en adéquation avec ce que l'on me disait. J'étais sous contrat avec Rouen donc c'était difficile. Il y a eu beaucoup de changement là-bas et j'ai eu la possibilité d'accepter l'offre du CCRB. »

Quelle image as-tu du club ?

PP : « Ils ont fait leur meilleure saison la saison passée. C'est un club qui ne fait pas forcément beaucoup de bruits mais qui est là. L'année dernière n'a fait que confirmer leurs ambitions. Tout ça a joué dans ma décision sachant que j'étais dans une situation difficile avec Rouen. La perspective aussi de jouer la montée et de retrouver la Pro A, a compté. »

Cette année, le recrutement des joueurs extérieurs a particulièrement été ambitieux, comment vois-tu cela ?

PP : « Cela me plaît. Le discours que l'on m'a tenu est dans la ligne droite du recrutement que l'on m'avait présenté. Cela prouve le sérieux et l’honnêteté du club. Comme on a de l'ambition, il faut beaucoup de talent. On dit que l'on a beaucoup de joueurs qui se ressemble mais je ne suis pas de cet avis. On a la même taille mais on a chacun des points forts différents. À nous de trouver une complémentarité entre les arrières. »

Ton avis sur le championnat de Pro B qui se profile et les adversaires du CCRB ?

PP : « Il y aura une grosse concurrence cette année avec Pau et Antibes qui a très bien recruté. Bourg sera présent également même s'ils partent d'une feuille blanche. Le CCRB a gardé une bonne ossature, c'est important. Après comme chaque année, il y a beaucoup d'équipe que l'on n'attend pas forcément mais qui seront là comme Boulogne, Fos, Aix. Il y a 10 équipes qui peuvent prétendre au Top 5, Top 6. »

Ton avis sur les installations du CCRB qui n'ont pas les mêmes dimensions que la petite salle des Cotonniers de Rouen ?

PP : « C'est pas les mêmes repères. Je trouve que les deux salles sont configurées de la même manière avec à peu près le même recul derrière les paniers. Les tribunes me paraissent également similaires. »

Propos recueillis par Arnaud Valadon