Interview Pape Beye

Pour le pivot remplaçant du CCRB, l'équipe ne doit pas s'arrêter en si bon chemin. La victoire à Antibes est certes belle mais le meilleur est encore à venir pour Châlons-Reims. Les prochains matchs s'annoncent importants pour rester au contact du leader et pourquoi pas le déloger.


Pape, cette victoire à Antibes est une grosse satisfaction ?


Pape Beye : « On a fait ce qu'il fallait. On les a perturbés en mettant notre meilleur défenseur, Kévin Joss-Rauze, sur leur point de fixation, Tim Blue. On l'a obligé à sortir de sa zone de confort. Collectivement, on a bien joué. Nikola a fait un vrai bon coaching. Il a changé les défenses au bon moment. On a senti que le coach était confiant toute la semaine. Au shooting à Antibes, il nous a dit qu'il fallait être confiant et serein. »


Ce qui s'est passé à l'aller, a-t-il joué dans vos têtes ?


PB : « À l'aller, on était encore en pleine préparation. On ne se connaissait pas bien. On a mené tout le match et ils ont fait un hold-up. On s'est dit que cela ne devait pas se reproduire. On menait de plus de dix points, samedi. Antibes est remonté dans la deuxième période mais on a su résister. »


Dans quel état d'esprit êtes-vous désormais ?


PB : « Tous les matchs sont importants. Il faut confirmer la victoire d'Antibes. Rien n'a changé dans notre état d'esprit. C'est toujours plus facile de corriger les petits détails individuels et collectifs quand on a gagné. On doit rester concentré pour rester sur la même dynamique. Notre but est de gagner tous les matchs possibles. Mais on a rien fait jusque là. Il nous reste tout à accomplir. On peut faire mieux. À Antibes, on a gagné avec la manière. Il faut continuer comme ça. »


Personnellement, comment tu juges ta première partie de saison ?


PB : « Je pense que je peux faire mieux. Après il y a des objectifs collectifs et individuels. Il faut se fondre dedans. Quand le collectif est bien, individuellement, tu brilles plus. Il faut aussi savoir faire la part des choses. Il ne faut pas se refermer sur soi même quand ça ne va pas et forcer la décision seul. Il faut bien faire les choses ensemble d'abord. »


As-tu progressé ces six derniers mois ?


PB : « De façon général, oui. En ce moment, j'ai beaucoup progressé sur la lecture du jeu et sur plein de choses. Sur ces quatre premiers mois, je me suis perfectionné par rapport à l'année dernière. Il faut juste que je le montre sur le terrain. »


Il t'arrive d'inscrire souvent des dunks spectaculaires. Ça ne t'es pas encore arrivé cette année ?


PB : « C'est clair que ça fait toujours plaisir. Après, il faut avoir l'occasion sur le terrain et voir comment cela se présente. C'est pas quelque chose que tu décides à l'avance avant les matchs. C'est juste une occasion à saisir. »