CR CCRB-SQBB

Pour son premier match de l'année 2013, Châlons-Reims a lutté face à son voisin Saint-Quentin mais l'emporte après prolongation, 93-87. Une victoire au bout du suspense qui permet au CCRB de conserver sa quatrième place au classement.


Le début de match ne manque pas de piquant entre champenois et picards. Le CCRB et le SQBB se répondent mutuellement (16-16, 7e). Saint-Quentin fait la différence grâce à une belle adresse à 3-points. Saaka et Bichard donnent une avance de cinq points aux visiteurs (20-25, 10e). Les joueurs de Nikola Antic réagissent avant la sirène mais payent les six ballons rendus (25-27, 10e).


Le technicien marnais semble avoir durci son discours entre les deux périodes. Châlons-Reims démarre fort son quart-temps avec un 7-0 (32-27, 12e). Désormais dans la position du chassé, la bande à Mullins s'en tire plutôt bien en comptant jusqu'à huit points d'avance (37-29, 15e). Mais un premier coup dur frappe le CCRB. Justin Burrell prend sa troisième faute prématurément et Kevin Joss-Rauze, sa troisième (16e). Sans son pivot, le CCRB connaît un coup de moins bien et le SQBB ne s'est pas fait prier pour recoller à la mi-temps (45-43, 20e).


Comme lors du deuxième quart-temps, Châlons-Reims entame la troisième période sur les chapeaux de roues. Un +1 de Johnson et un dunk en contre-attaque de Mels, permettent aux champenois de prendre presque dix points d'avance (52-43, 22e). Défensivement, le CCRB a serré les vis. Six petits points concédés lors des sept premières minutes du quart, le rouleau-compresseur champenois est en marche (61-49, 27e). Kevin Bichard tente bien de ramener les siens au contact avec des tirs périphériques (61-56, 30e) mais Angelo Tsagarakis détient la réponse au bout de ses mains ! C'est avec dix points d'avance que le CCRB entame l'ultime période de la rencontre (68-58, 30e).


L'évaluation après trente minutes de jeu est sans appel pour le CCRB, 87 à 47. Une supériorité que continue à démontrer les locaux dans le dernier quart-temps. Maîtres du rythme, les CCRBistes usent possessions après possessions des Saint-Quentinois qui ne peuvent plus jouer avec l'euphorie du début de match. (74-61, 33e). Pourtant dominateur, Châlons-Reims ne parvient pas à boucler l'affaire. Les hommes de Nikola Antic concèdent un 14-4 dans les trois dernières minutes de la rencontre et voient revenir Saint-Quentin à deux points alors qu'il reste vingt-trois secondes dans la partie (80-78, 40e). Johnson manque deux lancers et Saint-Quentin égalise à quatre secondes de la fin (80-80, 40e). Nikola Antic n'a plus de temps-mort et Johnson de la ligne médiane envoie le ballon. Celui-ci rentre après que Justin Burrell ait touché le cuir, malheureusement après le buzzer, le panier est logiquement refusé. Prolongation à René-Tys !


La moindre des erreurs se paie désormais cache. Si Saint-Quentin pris l'avantage par deux fois, Châlons-Reims s'en sort grâce à l'homme du match, Rodrigue Mels. Son tir primé fait basculer la rencontre en faveur du CCRB (88-86, 45e). Il reste vingt-neuf secondes à jouer. Saint-Quentin ne marque pas sur la possession qui suit. Châlons-Reims finit le match sur la ligne des lancers et s'offre une victoire au bout du suspense (93-87).


Nikola Antic : « Je suis sûr que pour le public, c'était un bon match. Sur le banc, il fallait survivre. On s'est mis tout seul en danger. On a manqué de concentration pour finir le match. C'est dans ces moments là qu'on voit qui peut augmenter son niveau de jeu. Il faut beaucoup plus de qualité pour finir le match.»


Kevin Corre : « On a gardé un peu de suspense pour le public (rires). Le derby n'est pas un match comme les autres. C'est une bonne victoire qui forge un groupe. On s'est relâché bêtement et ils en ont profité. On a eu du cœur. Maintenant on va jouer la première place à Antibes. »


Angelo Tsagarakis : « Le match se résume à deux choses. On a eu une défaillance défensive dans le premier quart-temps et on a eu une défaillance offensive dans le quatrième quart-temps. On se retrouve en difficulté car on a laissé Saint-Quentin espérer revenir.»


Sébastien Lambert : « On se fait sanctionner sur des replis défensifs. Globalement sur les quarante minutes, on ne mérite pas de gagner. C'est un match qu'on aurait dû perdre. On a cette facilité de ne pas lâcher. À 4 min 30 et à -12, on tente une zone-presse tout terrain. On a réussi à inverser la dynamique. On arrache cette prolongation. On prend le trois points de Mels sur une erreur de benjamin. Le basket est un sport de détail. »


Jimmal Ball : « C'est une très belle équipe en face. On apprend match après match. Ça sert pour l'avenir. On n'a pas eu la lucidité dans les moments chauds. On a dépensé trop d'énergie pour pouvoir gagner le match. On arrive à jouer les yeux dans les yeux avec tout le monde. On est bien placé. On va continuer à travailler.»