CCRB - LE MANS : 75 - 76

A un poil près…


Le CCRB s’est incliné sur une action au buzzer du meneur manceau, l’intenable Cobbs. Mais l’Union marnaise a prouvé qu’elle pouvait défier (et battre) les meilleures équipes.


REIMS. – Le Mans bat Châlons – Reims 76-75 (16-16, 17-21, 25-15, 18-23). Arbitres : MM. Collin, Hosselet, Boubert. 2 138 spectateurs.


CCRB : 31 paniers sur 72 tirs dont 4 sur 28 à trois points. 9 lancers francs sur 10. 18 fautes. 31 rebonds (Doucouré, Deane 6). 16 passes décisives (Deane 4). 9 balles perdues.


Pitard 6, Hermannsson 20, Ulmer 8, Ibekwe 2, Duport 5 puis Doucouré 6, Daniel 8, Deane 14, Flowers 6.


LE MANS : 33 paniers sur 64 tirs dont 4 sur 15 à trois points.6 lancers francs sur 6. 16 fautes. 40 rebonds (Tarpey 9). 12 passes décisives (Riley 4). 17 balles perdues.


Riley 4, Cobbs 22, Tarpey 11, Fall 4, Travis 23 puis Lofton, Eito 2, Yeguete 5, Stephens 5.


 


Le CCRB a, semble-t-il, franchi un cap. « Nous jouons bien depuis quatre matches », confirme Cédric Heitz. Il reste cependant une étape à franchir : s’adjuger la feuille de match quand l’occasion se présente. Lundi soir, devant les caméras de SFR, l’occasion ou plutôt les occasions se sont présentées et pas seulement en fin de match (voir la dernière minute). Tout au long de cette rencontre, disputée 48 heures après le déplacement de Chalon-sur-Saône, les Ccrbistes ont eu des opportunités mais ne les ont pas saisies.


Après une entame indigeste servie par le peu romantique Roméo Travis (4-12, 5e), les Marnais se sont libérés. En sept minutes à cheval sur les deux premiers quarts temps, ils ont infligé un incroyable 22-6 à leurs hôtes. Si bien qu’ils se trouvaient à la tête d’un viatique de huit points (24-18), façonné par Hermannsson et Deane principalement. Puis de 10 (35-25, 16e) et cela malgré une adresse périphérique rédhibitoire (2/14 à la mi-temps, 4/28 au final). Pour être honnête, il faut préciser que les Sarthois n’étaient guère plus flamboyants dans cet exercice (0/7, 4/15 au buzzer).


Tentatives d’échappées et retour à l’énergie


Dommage donc, car les plans anti Fall et Cobbs (2 et 6 points) avaient bien fonctionné. Dommage encore car les Manceaux profitaient des dernières minutes de cette première mi-temps pour recoller au score, doucement mais sûrement (37-33) dans le sillage de Travis (15 pts à 86 % à la pause). Il ne fallait qu’un peu moins de quatre minutes aux Manceaux pour effacer leur handicap (41-41). Alors que l’on craignait un contrecoup fatal, les Ccrbistes restaient à la lutte (50-47, 27e). C’était le moment choisi par Cobbs, Yegueté et… Travis pour appuyer là où ça fait mal (52-58, 30e).


Les dix dernières minutes étaient haletantes entre tentatives d’échappées mancelles (56-63, 32e ; 61-68, 35e ; 67-74, 38’30) et retours énergiques marnais (61-63, 33’30 ; 67-71, 38e) grâce à des poussées de fièvre de Deane ou encore de Doucouré (dunk, contre). La remontada se poursuivait (72-74). Les Ccrbistes passaient même devant avant cet épilogue cruel et douloureux…


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX


LA DERNIERE MINUTE


Cobbs, deux ballons perdus et le panier de la victoire


Stephen, peu en vue depuis le début du match, vient d’inscrire un panier bonifié qui offre sept longueurs d’avance au Mans (67-74), obligeant Cédric Heitz à interrompre le jeu. Au retour de ce temps mort, Willie Deane marque son second bonus de la soirée (70-74 à 57 secondes du buzzer). Bizarrement, les Sarthois se précipitent sur l’attaque suivante. Cobbs rate son tir, Duport prend le rebond, transmet à Flower le long de la ligne. Une passe plus tard, Doucouré donne espoir à tout René-Tys (72-74 et 47 secondes à jouer). Cobbs prend son temps pour remonter le ballon. Trop de temps, en tout cas plus que les huit secondes réglementaires. Balle au CCRB et à Duport. Il reste quatre secondes et le grand Romain fait mouche à 6,75 m (75-74). La salle explose. Bartechecky prend son temps mort. Tout va se jouer sur une ultime possession mancelle. Cobbs, le Manceau de la deuxième mi-temps est cherché (et trouvé) par ses partenaires. Cette fois-ci, il ne gâche pas… et offre la victoire à ses couleurs. Cruel !


CO-MVP


21, v’là Deane et Hermannsson


Traditionnellement, le MVP d’un match est choisi dans le camp des vainqueurs. La meilleure évaluation de la soirée n’est pas mancelle mais bien ccrbiste. Et plutôt deux fois qu’une. Martin Hermannsson et Willie Deane ont rendu une feuille de stats à 21. L’Islandais a marqué 20 points à 8/11, pris 3 rebonds, délivré 3 passes mais aussi perdu 3 ballons en 31’47. L’Américain a inscrit 14 points à 5/8 (2/5 à 6,75 m), confisqué 6 rebonds et offert 4 passes décisives à ses partenaires en 21’59. A son débit, un ballon perdu.


LA STAT


14 %


Ce maigre pourcentage de réussite derrière l’arc de cercle a certainement plombé la soirée des Ccrbistes. 4 paniers périphériques (Deane 2, Flowers et Duport) sur 28 tentatives : difficile de prétendre à la victoire dans ces conditions. A quand le retour aux affaires de LaMonte Ulmer (0/6 pour la deuxième fois consécutive) ?


A CHAUD


« Il faut que la pièce retombe du bon côté »


Cédric HEITZ (coach du CCRB) : « On a montré qu’on était capable de gagner ce type de match. On n’a perdu que neuf ballons face à la meilleure défense du championnat. Cela s’est joué à rien. On avait un plan anti-Fall et un plan anti-Cobbs. On fait un sur deux ! Maintenant, il faut que la pièce retombe du bon côté. »


Martin HERMANNSSON : « On a contenu Le Mans à 76 points, ce n’est pas mal. A la fin, on a enfin mis des paniers à trois points. On a cru que c’était un signe… On va retenir le positif de nos dernières rencontres à Strasbourg et de ce soir. »


 Eric BARTECHECKY (coach du Mans) : « Cela aurait pu tomber de l’autre côté. A + 7 à une minute de la fin, on a commis des erreurs. Sur la dernière possession, on a voulu donner le ballon à Cobbs. Il venait d’en perdre un et il est très fier… »