CCRB - Elan CHALON : 103-97

Le plein à la maison


Après deux rencontres à domicile, le CCRB a engrangé deux succès. A quand la première victoire sur la route ?


REIMS. – Châlons – Reims bat Chalon-sur-Saône 103-97 (30-30, 30-28, 26-15, 17-24). Arbitres : MM. Chambon, Vansteene, Oliot. 2 212 spectateurs.


CCRB : 36 paniers sur 70 tirs dont 12 sur 23 à trois points. 19 lancers francs sur 22. 21 fautes. 34 rebonds (Daniel, Hermannsson 8). 17 passes décisives (Hermannsson 4). 13 balles perdues.


Daniel 18, Pitard 14, Hermannsson 16, Ulmer 12, Bentil 18 puis Doucouré, Deane 7, Carter 16, Duport 2.


CHALON : 36 paniers sur 71 tirs dont 13 sur 31 à trois points. 12 lancers francs sur 17. 20 fautes. 30 rebonds (Camara 7). 16 passes décisives (Smith 6). 11 balles perdues.


Smith 17, NZeulie 18, Camara 4, Putney 2, Joseph 14 puis Harris 7, Rozenfeld 5, Pinault 10, Gillet 8, Farr 12.


 


Un match à Châlons, un à Reims et… deux victoires. Samedi, le CCRB a remporté un succès pas si évident que cela. Car l’adversaire n’était autre que le champion de France en titre, un champion certes en difficulté mais un champion tout de même ! Les premières minutes démontraient que rien ne serait simple. Après avoir pris la rencontre par le bon bout (6-2, 2e), l’union marnaise subissait une première rafale (0-8) qui les repoussait à quatre longueurs (6-10). Heureusement, Hermannsson enfilait son costume de scoreur. L’Islandais décochait deux flèches lointaines, y ajoutait un drive gagnant et deux lancers. Ses partenaires se hissaient à son niveau… offensif, notamment Pitard qui se rappelait aux bons souvenirs de son ancien club.


Le ton était donné. La soirée ne serait pas celle des défenses (30-30, 10e). Le deuxième quart partait sur les mêmes bases. Les Bourguignons profitaient tout d’abord d’une faute antisportive infligée à Deane pour inscrire 5 points (30-35). Ils insistaient et se procuraient même neuf unités d’aise (34-43, 14e), obligeant Cédric Heitz a poser un temps mort.


Une pointe à + 15


Que ce serait-il passé si l’Elan chalonnais avait réussi à maintenir cet avantage quelques minutes de plus ? Il fallut trois minutes à peine au duo Ulmer (en périphérie) – Daniel (dans la peinture pour revenir puis dépasser son hôte (48-47 et 60-58 à la pause).


Cédric Heitz demandait de la consistance depuis la défaite du début de semaine à Strasbourg. Il fut entendu à la reprise (voir le tournant du match). « On a mis de la pression, on a réduit les intervalles, cela nous a offert des interceptions, des contre-attaques et des paniers faciles. » La belle impression se prolongea pour le plus grand plaisir de René-Tys avec une pointe à + 15 (88-73). A trois minutes de la sirène, les propriétaires des lieux possédaient encore six points d’avance (95-89). Un avantage qui fondait sur deux actions du chaud-bouillant Pinault (97-94). Heureusement, Daniel calmait les ardeurs chalonnaises. L’honneur de boucler l’affaire revenait à Pitard, très à son avantage offensif samedi soir.


Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


LE TOURNANT DU MATCH


Au retour des vestiaires, les supporters eurent tout d’abord une grosse frayeur. Smith, le meneur en sursis de l’Elan, venait de redonner le score aux siens. « On a resserré les rangs, on s’est montré solidaire », explique Cédric Heitz. Les consignes de la pause ne sont pas restées de simples intentions. Il n’a fallu que cinq minutes à Pitard et Bentil pour creuser un écart significatif.  Le plus dur restait à faire : conserver ce pécule le plus longtemps possible. Paul Carter, présenté comme un sixième homme de luxe, justifia alors son statut. Et un, et deux et trois… bonus permettaient aux Ccrbistes d’aborder sereinement la dernière ligne droite (84-73).


LA DELIVRANCE


L’Elan n’en finissait pas de grignoter son retard depuis la 34e (95-80). Le CCRB « vendangeait un peu » comme le constatait son coach. Revenus à une possession (97-94) à une minute de la fin, les Bourguignons se prenaient alors à espérer réussir le hold-up… quand Ed Daniel, servi par Pitard, à la hauteur de la ligne de bonification, décida d’attaquer le panier et Camara. Dans une position acrobatique, l’intérieur ccrbiste fit mouche et eut droit au « and one » de la faute adverse. A 100-94 et 38’’5 secondes à jouer, l’affaire était définitivement dans le sac.


LA STAT


0


Pas de double double dans ce match aux 165 possessions. Le coach du CCRB ne s’en plaindra pas et pourra mettre en exergue les six joueurs à 12 points et plus ainsi que ces mêmes six éléments à 11 d’éval et plus.