Bruxelles - CCRB 89-80

Le CCRB en construction


Malgré le début d’intégration de son intérieur ghanéen Ben Bentil et l’absence de Martin Hermannson, l’union marnaise a montré certaines qualités offensives même si elle s’est inclinée.


BRUXELLES. – Basic Fit Bruxelles bat Châlons-Reims 89-80 (32-21, 19-17, 15-22, 23-20). Arbitres : MM. Delange, Di Paolo, Debliek.


BRUXELLES : 34 paniers sur 60 tirs dont 6 sur 17 à trois points. 15 lancers francs sur 22. 22 fautes. 28 rebonds. 28 passes décisives.


Muya 2, Kravic 10, Peciukevicius 10, Simmons 19, Harrell 16 puis Loubry 4, Foerts 2, Lichodzjewski 7, Depuydt 12, Matulionis 2, Foerts 5.


CCRB : 25 paniers sur 55 tirs dont 8 sur 17 à trois points. 22 lancers francs sur 29. 19 fautes. 37 rebonds (Bentil 6). 15 passes décisives (Deane 7). 16 balles perdues.


Deane 7, Pitard 8, Ulmer 12, Daniel 12, Duport 9 puis Leboeuf, Karolak, Carter 13, Doucouré, Bentil 19.


 


Troisième match de préparation et troisième défaite ! On sait bien que ce genre de rencontres n’a guère d’importance, que les résultats ne sont pas ce que cherchent les coaches en priorité.  Pour Cédric Heitz, le technicien du CCRB, ces rendez-vous de présaison sont l’occasion de cimenter un groupe, de deviner les complicités entre joueurs, de détecter les failles et surtout de les combler.


Hier mercredi, la troupe champenoise a compromis ses chances d’emmagasiner de la confiance dès l’entame du match par la faute d’une défense trop permissive et d’une concentration approximative (32-21, 10e, 51-38, 20e).  La suite fut plus souriante puisque les Ccrbistes remportèrent la seconde mi-temps en n’encaissant que 38 points. L’intégration du Ghanéen Ben Bentill, arrivé lundi dans la Marne, était l’une des principales interrogations de la soirée. Après deux quarts temps « d’observation » (6 points), le néo intérieur ccrbiste a prouvé d’indéniables qualités offensives.


Au final, Bentill a rendu une copie prometteuse : 19 points (2/3 derrière l’arc, 9/11 sur la ligne), 6 fautes provoquées, 6 rebonds et 3 balles perdues pour une évaluation de 17 en 21’22. Mais, cela n’a pas suffi. Le manque de vécu commun, l’absence de Martin Hermannson, un meneur scoreur, expliquent sans aucun doute la mise en route délicate du CCRB, sa défense toujours en construction.


Les dix jours de travail avant le prochain match (le samedi 9 septembre contre Willebroek à Reims) devraient déboucher sur une prestation plus complète.