CCRB - OLB 45 : 89 - 75

Le CCRB a répondu présent


Dans un match à gros enjeu, l’union marnaise s’est montrée solide et a rapidement distancé Orléans. Le maintien est en bonne voie.


REIMS. – Châlons-Reims bat Orléans 89-75 (20-13, 26-12, 17-20, 26-30). Arbitres : MM. Collin, Lubienski, Mme Delaune. 2 537 spectateurs.


CCRB : 36 paniers sur 66 tirs dont 5 sur 20 à trois points. 12 lancers francs sur 13. 23 fautes. Eliminé : Cain (39e). 31 rebonds (De Jong 7). 21 passes décisives (Smith 7). 12 balles perdues.


Young 22, Smith 10, Diabaté 16, De Jong 23, Cain 10 puis Choquet 5, Rambaut, Vasl, Antic 3.


ORLEANS : 26 paniers sur 63 tirs dont 8 sur 29 à trois points. 15 lancers francs sur 23. 20 fautes. 32 rebonds (Olaseni 8). 14 passes décisives (Downs, Joseph, Prince 3). 19 balles perdues.


Olaseni 18, Downs 15, Sommerville 4, Eito, Prince 14 puis McAlarney 20, Mendy 4, Milosevic, Joseph.


 


Avant le rendez-vous avec Orléans, annoncé comme une finale pour le maintien, tous les regards étaient fixés sur les rétroviseurs. Le CCRB devait se méfier de ses deux poursuivants… Orléans et Nancy. La nette victoire obtenue aux dépens des Loiretains, conjuguée à une nuée de résultats favorables au CCRB,  a rebattu les cartes.


Du coup, les hommes de Nikola Antic peuvent jeter un œil devant eux. Aujourd’hui, ils sont à un succès de Cholet (battu par l’Asvel), sur la même ligne que Dijon (battu par Le Mans), Antibes, Hyères-Toulon (défait à Chalon/Saône). Et surtout, à quatre journées du verdict, ils précèdent leur victime du soir de deux victoires (plus le point-average) et Nancy de trois. « On s’est donné une bonne bouffée d’oxygène », convenait Nicolas De Jong, une nouvelle fois atout offensif n° 1 avec ses 23 points, mais aussi défenseur dissuasif (3 contres, 7 rebonds).


UNE PREMIERE ACCELERATION


Leur début de match n’a guère laissé planer de doute ni d’espoirs à Orléans. « On a montré de la gniaque, de l’agressivité en défense », se réjouissait Nikola Antic en conférence de presse. « Ça fait plaisir. » Et surtout cela fait déjouer et offre des interceptions et des paniers faciles. Après quatre minutes d’observation (10-9), mises à profit par De Jong et Olaseni pour alimenter la marque de leurs équipes, le CCRB produisait une première accélération qui permettait à Diabaté et ses partenaires de prendre sept longueurs d’aise (20-13).


Le scénario ne variait pas après le premier mini repos. Les équipes se rendaient panier pour panier avant que Cain ne fasse mouche deux fois de suite. Le signal était donné. Young et De Jong faisaient franchir la barre des 10 points à leur formation (33-21, 16e) obligeant leur hôte à demander un temps mort. Cela ne changeait rien à l’affaire. L’écart grimpait jusqu’à 21 unités après des coups de griffe de Diabaté, un bonus de Young et quelques bons ballons distillés par le dernier arrivé, Jerry Smith (46-25, 20e).


"UN PAS VERS LE MAINTIEN"  


La mi-temps ne freinait pas l’élan ccrbiste (53-27, 21e ; 57-31, 25e). Orléans ne pouvait pas continuer à subir. Sous l’impulsion de l’ancien Rcbiste Antoine Mendy, les Loiretains durcissaient leur défense, trappaient dès que l’occasion se présentait. « Il fallait prendre des risques », se justifie Thomas Drouot. Cela payait un peu avant la fin du troisième quart avec un 9 à 1 pouvant laisser croire que tout n’était pas joué (63-45, 30e). 


Les dix dernières minutes étaient plus laborieuses. La stratégie orléanaise perturbait les Champenois qui encaissaient un 0-9 en deux minutes (72-59, 35e). « Je regrette qu’on ait mal géré les sept dernières minutes », lâchait Nikola Antic. Le panier primé de Choquet mit fin à ce début d’inquiétude et redonna du peps à ses partenaires. Diabaté et Young prirent un malin plaisir à martyriser leurs hôtes et, malgré un McAlarney redevenu tireur d’élite en fin de match, les Ccrbistes filaient tranquillement vers une victoire ô combien importante. « On a fait un pas vers le maintien », conclut Antic. « On verra bientôt si c’était un petit ou un grand pas. »


 


--------------------------------------------------------


 


« Un ouf de soulagement »


Nikola ANTIC (coach du CCRB) : « On a gagné le match qu’il ne fallait pas perdre. Je m’attendais à un match plus dur, avec plus de méchanceté. Jerry Smith a éclairci notre jeu. »


Solo DIABATE : « Ce soir, on a évolué plus libéré que contre Cholet. Et puis, on a senti le public plus impliqué. Smith ? Il nous a aidés dans la création, la gestion, les rotations. On a l’impression qu’il est là depuis le début de la saison. Maintenant, on va jouer tous les matches pour les gagner. »


Nicolas DE JONG : « On peut pousser un ouf de soulagement ! On a su les faire déjouer. On avait à cœur d’interrompre notre mauvaise série. »


Thomas DROUOT (coach d’Orléans) : « On n’a pas abordé le match de la bonne façon. On leur a donné des ballons, on a baissé la tête. Ils ont pris confiance. La déception est énorme. »