MONACO - CCRB : Le preview


Voyage tout en haut de la Pro A


En se rendant à Monaco, chez le leader, le CCRB sait qu’il s’apprête à vivre une soirée difficile.


« Je déteste les matches où « l’on a rien à perdre ». Dans chaque rencontre, il y a beaucoup à perdre. La confiance,  l’état d’esprit… ». Nikola Antic ne veut pas que sa troupe s’envole pour Monaco (match samedi à 19 heures) avec le statut de victime. « Ce n’est pas le genre de la maison. Je sais que la soirée sera difficile. Mais, on veut repousser leurs limites, les obliger à mettre de la qualité pour s’imposer. »


Le coach du CCRB garde en mémoire le douloureux rendez-vous de Châlons en octobre dernier (68-106). « Il faut s’en servir pour ne pas commettre les mêmes erreurs. Nous n’avions pas su résister à leur pression défensive. » La philosophie monégasque n’a pas changé. Les Marnais doivent donc s’attendre à souffrir à nouveau face à une formation qui sera certainement « remontée » après sa défaite la semaine dernière sur le parquet de Nanterre (99-88).


MEILLEURE ATTAQUE, 2e DEFENSE


Le CCRB va devoir faire preuve de lucidité face à l’impressionnante armada de la Roca Team où tous les postes sont doublés. Impossible donc de faire des impasses. Tout juste, les rivaux des Azuréens peuvent-ils décider de contrarier les leaders offensifs monégasques, ceux qui prennent le plus de shoots. Le meneur Dee Bost (11,3 tirs tentés par match pour 13,7 points de moyenne) et l’arrière Jamal Shuler (11,3 pour 12,9 points) sont les fers de lance de Zvezdan Mitrovic. Mais, s’ils brillent autant, ils le doivent à leurs partenaires. Wright, Ouattara, Gladyr, Caner-Medley, Sy, Aboudou, Davies, l’immense Fofana (2,13 m) et les jeunes respectent la hiérarchie du groupe. Le résultat est frappant : meilleure attaque (83 pts), deuxième défense (70,7 pts), trois défaites seulement.


OUBLIER LES PEPINS


Le seul revers subi à domicile par les Monégasques contre Paris-Levallois (83-98) peut-t-il laisser croire qu’un tel dénouement est possible samedi soir ? Il faudrait pour cela que les Ccrbistes tiennent quarante minutes. A Dijon, ils sont restés au contact pendant trois quarts temps avant de prendre un éclat. « C’est typique d’une équipe moyenne qui affronte une formation qui monte en puissance au fur et à mesure du match. »  !


Les bobos de la semaine n’empêcheront pas Nikola Antic d’aligner un groupe au complet. Tyler Cain (genou) et Luka Antic – que des intérieurs – devront oublier leurs pépins physiques pour se lancer dans la bataille des airs et effacer le cruel déficit au rebond (40 à 31) du match aller.