ASVEL-CCRB 73-77

Le CCRB maître sur la route


Deux déplacements, deux victoires : l’union marnaise voyage bien. Il lui reste à ouvrir son compteur sur son parquet.


 


VILLEURBANNE. – Châlons – Reims bat Lyon-Villeurbanne 77-73 (16-25, 20-19, 13-17, 28-12). Arbitres : MM. Maestre, Dubois, Mlle Delaune.


ASVEL : 28 paniers sur 57 dont 5 sur 18 à trois points. 12 lancers francs sur 18. 23 fautes. Eliminé : Lang (40e). 33 rebonds (Dragovic, Lang 6). 23 passes décisives (Hodge 10). 15 balles perdues.


Dragovic 3, Uter 14, Lang 7, Sy 6, Hodge 14 puis Meacham 8, Noua 4, Watkins 12, Morandais 5.


CCRB : 28 paniers sur 70 tirs dont 6 sur 21 à trois points. 15 lancers francs sur 19. 19 fautes. 38 rebonds (Cain 10). 16 passes décisives (Anderson 7). 8 balles perdues.


Young 4, Choquet 7, Payne 11, De Jong 12, Smith 14 puis Vasl 7, Antic, Cain 10, Anderson 12.


 


Voilà ce qu’on appelle un match de traînards. Un beau match de beaux et valeureux traînards. Même distancés de 18 points (une mauvaise habitude) au milieu du troisième quart temps (57-39), Mark Payne et ses partenaires ont toujours cru en leur bonne étoile. Avec raison. Leurs dix dernières minutes ont tout renversé sur leur passage grâce à un Jermaine Anderson de gala.


L’entame n’avait pourtant pas laissé présager un tel résultat. L’ascendant psychologique espéré par Nikola Antic était plutôt du côté villeurbannais que marnais. Nicolas De Jong avait inscrit les huit premiers points du CCRB. Son rival de la raquette, Uter, était presque aussi efficace (12-11, 7e). L’entrée de l’ancien Champenois Watkins et la distribution de caviars d’Hodge (déjà sept passes décisives) permettaient aux Rhodaniens, très adroits, de prendre un premier avantage significatif au mini repos (25-16).


 


18 POINTS DE RETARD 


Cela s’arrangeait à la reprise des hostilités. Le temps mort demandé par JD Jackson à 32-22 profitait aux… Ccrbistes qui signaient un 10-2 en trois minutes (34-32). Malheureusement, ils ne pouvaient maintenir ce tempo et subissaient à leur tour une série qui les rejetait à huit longueurs de leurs hôtes au repos (44-36).


Le pire était à venir. De retour du vestiaire, le CCRB ne savait plus où donner de la tête. Hodge, Sy, Uter and co trouvaient la faille à tour de rôle. Les lancers de Young et Smith ne masquaient pas la faillite offensive. L’Asvel en profitait pour prendre la poudre d’escampette et se procurer une substantielle avance (+ 18, 57-39, 25e). C’en était trop pour Edouard Choquet. L’ancien de la Green Team inscrivait cinq points de suite. Payne lui emboîtait le pas en poussant à la faute son ancien partenaire Watkins (61-46, 29e).


 


LE DOUTE VILLEURBANNAIS


Malgré leurs quinze points d’avance, les Villeurbannais devenaient hésitants (15 pertes de balle contre 8 au CCRB). Cela se traduisait par un retour marnais grâce à des réussites intérieures de De Jong puis extérieures de Vasl (63-56, 33e). C’était le bon moment pour semer encore un peu plus le doute dans les esprits villeurbannais. Jermaine Anderson, muet jusqu’à ce moment-là, sortait alors de sa boîte. Avec Smith, il emmenait les siens sur les talons de ses rivaux (66-64, 35e). Sentant le hold-up à portée de mains, le micro-meneur ccrbiste continua de prendre ses responsabilités.



Contré une première fois, il eut la bonne idée de ne pas renoncer et de provoquer le géant vert Adrian Uter dans la dernière minute (70-70 puis 72-73). La dynamique était marnaise. Les Villeurbannais voyaient la victoire leur échapper. Cap’tain Payne et Cain – pas facile à dire – en profitaient pour assurer le deuxième succès des leurs en déplacement grâce à un dernier quart rondement mené (12-28).


 


------------------------------------------------


Jermaine prend le quart… à son compte


Sans influence sur le score pendant trente minutes, Jermaine Anderson a pris ses responsabilités lors des dix dernières minutes. Avec 12 points (à 4/8), 2 passes, 1 rebond, 3 fautes provoquées, le Canado-Jamaïcain a démontré ses qualités et provoqué la débâcle rhodanienne (5 balles perdues pendant cette période). Mais, il n’a pas empoché la mise à lui tout seul. Les deux intérieurs US du CCRB ont également eu une importance déterminante durant la dernière période. Steven Smith (5 pts et 5 rebonds), Tyler Cain (2 pts, 2 interceptions  et 5 rebonds) ont mis leurs rivaux au supplice.