CCRB-ANTIBES 77-92

Dix premières bonnes minutes…


Après une belle entame, le CCRB a perdu le fil de la rencontre et a abandonné la feuille de match à Antibes.


REIMS. – Antibes bat Châlons – Reims 92-77 (14-24, 25-17, 21-7, 32-29). Arbitres : MM. Diffalah, Oliot, Creton. 2027 spectateurs.


CCRB : 30 paniers sur 68 tirs dont 9 sur 25 à trois points. 8 lancers francs sur 11. 22 fautes. Eliminé : Cain (40e). 33 rebonds (Cain 12). 23 passes décisives (Payne 6). 9 balles perdues.


Payne 6, Vasl 8, Cain 13, Smith 9, Anderson 3 puis Young 15, Choquet 9, Antic, De Jong 14.


ANTIBES : 32 paniers sur 64 dont 9 sur 19 à trois points. 19 lancers francs sur 21. 20 fautes. 36 rebonds (Blue 7). 24 passes décisives (Blue 7). 9 balles perdues.


Blue 18, Bourdillon 4, Galliou 5, Gaines 2, Otule 20 puis Solomon 14,  Tornato 17, Diarra, Kouguère 12


Quarante-huit heures avant le lever de rideau du championnat, Nikola Antic avouait ne pas aimer les matches d’ouverture à la maison ! Ses craintes se sont vérifiées et sa troupe, pourtant bien partie, a dû abandonner la première feuille de match de la saison à son hôte antibois. « On ne peut pas dire que la pression nous a stressés », souligne le technicien du cru. « Après dix minutes, on menait largement ». L’entame marnaise avait laissé naître de beaux espoirs, de belles complicités. Les six premiers paniers avaient été inscrits par six joueurs différents, la défense s’en sortait plutôt bien face au pilonnage intérieur des Azuréens.


A 11-10 (6e), les Ccrbistes portaient une première accélération par Choquet (16-10). De Jong et Young obligeaient Julien Espinosa à demander un temps mort (20-12, 8e). Cela n’empêchait pas De Jong et Young de porter l’avantage des leurs à dix unités (24-14) au premier mini repos. Malgré la résistance de Tornato, les Champenois maintenaient leur avantage pendant trois minutes encore (31-20, 13e) avant de connaître un passage à vide.


MUET PENDANT CINQ MINUTES


Pendant quatre minutes, ils bafouillaient leur basket. Leur belle adresse initiale (79 % dans le premier quart) s’était envolée et surtout, le rebond leur échappait totalement. A la pause, les Antibois dominaient la bataille aérienne : 19 rebonds dont 11 offensifs (!) à 9. A la 17e, leur avance avait fondu (35-32). Young, Payne et De Jong redonnaient un coup de fouet à leur équipe (41-32). Les Ccrbistes ont-ils cru qu’ils pouvaient s’échapper quand ils le voulaient ? Si tel était le cas, Kouguère (signé par Antibes pour remplacer Cordinier blessé) se chargea de les refroidir. Avec l’aide de Tornato, il ramena les siens à deux longueurs à la pause (41-39).


Cela ne sentait pas bon. Le début du troisième quart confirmait ce sentiment. En trois actions dont deux bonus, le vétéran Will Solomon fit basculer la rencontre.A la 23e, Antibes avait pris le score (44-47) et n’allait plus le lâcher. Pire même, le duo intérieur Blue – Otule faisait parler son physique des deux côtés du terrain. Le CCRB restait muet durant les cinq dernières minutes de la période et se retrouvait mené de douze points (48-60) à l’issue de la troisième période perdue 21-7.


Le dernier quart était plus offensif (ou moins défensif). Les Azuréens en profitaient plus que les Champenois qui cherchaient désespérément leurs cadres. De Jong permettait aux Ccrbistes de ne pas sombrer. La réussite périphérique tardive de Vasl et Smith faisait illusion (69-82, 37e). Mais, le grand Americano-Nigérian Otule (2,11 m) régnait sur les dernières minutes, éteignant tout espoir de miracle…


« Il y a du boulot… »


Nikola ANTIC (coach du CCRB) : « Ce soir, je n’ai pas d’explication sur notre défaite. Il faut noter qu’à la mi-temps, on avait déjà donné onze rebonds offensifs à Antibes. Si on y ajoute les « 2 + 1 » (5 au total), on aurait dû mener de plus de dix points après 10 minutes. Il y a du boulot… »


Edouard CHOQUET : « Encaisser 92 points à domicile, ce n’est pas possible. Il va falloir vite réagir et vite défendre ensemble. »


Julien ESPINOSA (coach d’Antibes) : « J’ai le sentiment que nous avons réalisé une belle perf en battant une équipe du CCRB très complémentaire. Je retiens trois choses de ce match : on a gagné avec nos jeunes, on a été très concentré, témoins notre pourcentage aux lancers francs (90 %) et on a pu compter sur un bon meneur qui fait jouer ses partenaires et prend ses responsabilités au moment où il faut. »


Jonathan TORNATO : « A la mi-temps, le CCRB avait un gros pourcentage dans la raquette (11/13, 85 %). On a fermé les espaces, mis plus de dureté et on a su contrer les points forts de chacun des joueurs de Châlons-Reims. »