CR J22 : LE HAVRE - CCRB : 66 - 94

Mission accomplie au Havre


Après son succès à Paris, le CCRB a récidivé sur le parquet normand. Le voilà à la tête de neuf succès. La fin de saison s’annonce sereine.


LE HAVRE. – Châlons – Reims bat Le Havre 94-66 (22-18, 27-15, 32-19, 13-14). Arbitres : MM. Chambon, Canet, Bayot.


LE HAVRE : 24 paniers sur 60 tirs dont 5 sur 22 à trois points. 13 lancers francs sur 18. 16 fautes personnelles. 29 rebonds (Brown 9). 11 passes décisives (Deane 4). 14 balles perdues.


Deane 21, Dugat 11, Brown 10, Edi 11, Mack 8 puis JBAM, Mutuale 2, Denis 3, Lobela.


CCRB : 36 paniers sur 72 tirs dont 10 sur 19 à trois points. 12 lancers francs sur 15. 17 fautes. 44 rebonds (Gordon 17). 25 passes décisives (Richard, Lesca, Florimont 5). 14 balles perdues.


Young 8, Gordon 15, McConnell 15, Lesca 3, Florimont 18 puis Richard 7, Karolak, Stephens 10, Morandais 16, Cassier 2.


 


Voilà, c’est fait ! Le CCRB a bouclé ses deux déplacements consécutifs par deux victoires. Après Paris-Levallois (au buzzer de la prolongation), c’est une autre formation du bas de tableau, Le Havre le dernier de la classe, qui a subi la puissance de feu des Marnais. Pendant douze minutes, la balance a hésité. Le temps pour les Champenois d’éteindre les velléités de leur ancien joueur Guy-Landry Edi (7 des 11 premiers points normands) puis de poser leurs mains sur la rencontre (18-22, 10e, 20-25, 11e).


Un fait de jeu les a propulsés loin devant (à ce moment du match) : la faute, doublée d’une technique infligée à Deane après un choc avec Gordon. Le Ccrbiste dut sortir pour se remettre de ses émotions. McConnell le suppléa à merveille en transformant les deux lancers de la faute puis celui de la technique avant d’inscrire un panier sur la possession bonus. Ses 5 points venaient de faire définitivement basculer le match (22-30, 13e). Privés de leur maître à jouer Vassallo, rentré au pays portoricain deux jours avant la 22e journée, les Havrais s’en remettaient à leur arrière Willie Deane pour ne pas sombrer.


LES GACHETTES S’EN MELENT


Mais l’Américain était trop seul et il ne pouvait empêcher les Ccrbistes d’enfoncer le clou, d’atteindre la barre des dix points d’avance sur deux lancers de Stephens  (22-32, 14e) puis de se rapprocher de celle des vingt longueurs grâce à Florimont, sur la ligne de réparation (29-47, 19e) pour finalement atteindre la mi-temps avec un pécule confortable (33-49) après deux nouveaux lancers de McConnell.


Restait à finir le job proprement. Nikola Antic répartissait le temps de jeu de ses hommes. Les Big men en profitaient tout d’abord (43-60, 23e) avant que les gâchettes n’entrent en lice. Mc Connell donnait le signal de départ des shoots primés. Il était imité par Young avant d’en remettre une couche. Richard et Morandais ajoutaient deux missiles à la détresse normande. Les Havrais étaient sonnés et se retrouvaient à vingt-neuf points de leurs rivaux (48-77, 27e). La pilule était dure à avaler.


EVALUATION : DU DOUBLE AU SIMPLE


La barre des trente (56-86) était atteinte sur un nouveau bonus  (Morandais). A 56-92, Antic envoyait ses deux jeunots Karolak et Cassier sur le parquet. Le second connaissait la joie de ses premiers points dans l’élite (c’était déjà fait pour Karolak depuis la venue de Gravelines).


Vous l’avez compris depuis bien longtemps : la neuvième victoire du CCRB était acquise grâce à une profondeur de banc et une qualité supérieures à celles des Normands. L’évaluation collective est éloquente (120 à 58), sept joueurs à 10 ou plusd’éval, Florimont, le MVP de la soirée à 80 % de réussite, 11e double-double pour Drew Gordon (15 pts et… 17 rebonds dont 9 offensifs), 46 rebonds à 29, n’en jetez plus : oui, tous les clignotants étaient au vert.